Insensibilité congénitale à la douleur:

Par Léa Trappler.

Pour beaucoup de personne ne pas ressentir la douleur serait un luxe, un super pouvoir. Certaines personnes  ont reçues ce « don », appelé insensibilité congénitale à la douleur.

Cette maladie, fut décrite pour la première fois en 1932 par George Van Ness Dearborn. Extrêmement rare (seul quelque centaine de personne sur Terre) et très grave, elle est souvent de causes génétiques.

 Elle est due à une mutation du gène SCN9A responsable d’une partie de la structure des canaux sodium présents dans des cellules nerveuses appelées « nocicepteurs ». Ces nocicepteurs sont des récepteurs sensoriels qui ont pour rôle de transmettre l’information de la douleur au cerveau, sous forme de signaux électriques. L’absence de ces canaux rend les nocicepteurs incapables de transmettre cette information sensorielle.

Les conséquences de cette insensibilité sont nombreuses et diverses comme :

  • Automutilation,
  • Brûlures,
  • Déformation des articulations,
  • Arrachage des dents de lait
  • Certains parents furent soupçonner de maltraitance

La prévention et l’éducation du patient sont les seuls traitements de cette maladie . En effet, afin de prendre au mieux en charge celui-ci, il lui est très recommandé de faire des visites médicales afin de vérifier qu’il ne s’est rien cassé, ou qu’il n’a pas de traumatisme particulier. De plus, informer la famille et les proches n’est pas à négliger, car cela va leur permettre de l’aider à appréhender l’environnement comme s’il connaissait les zones de danger. Dans certains cas , les dents de lait de l’enfant sont extraites. Cela prévient de l’automutilation de la langue, les lèvres et les doigts jusqu’à ce qu’ils aient leurs dents d’adulte et soient en âge de comprendre.